Association nationale des réserves de l'armée de Terre


Accueil arrow Echos des Unités arrow Les réservistes du 17e RGP : « Servir encore, fidèle toujours ! »
16-10-2018
Plus d'information
Les associations membres
Echos des Unités
Actualités
Etre réserviste
Formation et entrainement
Employer des réservistes
Entreprises partenaires
Réserve citoyenne
Histoire et traditions
Vie pratique
Liens externes
Réserves alliées

35 avril 2006 019.jpg

 
logo anrat facebook.png logo anrat linfed in.png
 logo anrat twiter.png
 
 
Le 13 octobre 2016, la Garde nationale a été officiellement créée : pour plus d’informations sur les réserves opérationnelles de premier niveau piliers de la Garde Nationale, rendez-vous sur le portail de la Garde nationale : www.garde-nationale.fr).

Pour vous engager en tant que réserviste opérationnel dans les Armées et formations rattachées, veuillez consulter les informations ci-dessous puis déposer votre candidature sur le site : www.reservistes.defense.gouv.fr

 

 Le 20 mars 2015, a été officiellement lancé SIREM (Site Interarmées des Réserves Militaires), il remplace l'ERT : plus d'infos

logo sirem.png
  >>> BdER : Bourse des emplois de la réserve


         
sengager.fr.jpg
 

L'ANRAT est adhérente de l'

          
 

    unor jeunes - facebook

L'ANRAT est membre du

          
 
  

 Visitez le site de la CIOR

          

 

 



© Herodote.net

Commandements divisionnaires de l'armée de Terre
Présentation du 24ème RI : régiment de réserve en IdF
Armée de Terre : dossier TIM juil-août 2016 
Le « Journal de la Défense, mission défense » sur LCP-AN
Terre Information Magazine (TIM) : "Journe nationale des blessés de l'AdT" n° 296 - août 2018
Armées d'aujourd'hui : des musées pour mieux comprendre la défense, n° 427 - août 2018
Trophée des Réserves : dernière édition
Bourse des emplois de la Réserve : voir les centaines d'emplois

La liste des UIR et des USR connues est en ligne. Merci de nous transmettre les mises à jour utiles. 
A toutes les unités : faites connaitre vos activitésPour cela,  écrivez et envoyez vos textes/photos.

Pour devenir réserviste opérationnel ou citoyen, contact CIRFA
 
Les réservistes du 17e RGP : « Servir encore, fidèle toujours ! » Version imprimable Suggérer par mail
 
17rgp 1.jpg

« Unité d’élite, le 17e Régiment du Génie Parachutiste jouit d’une excellente réputation. D’ailleurs, nous n’avons pas de problèmes pour recruter de nouveaux réservistes. Les candidatures sont nombreuses et les heures sombres que nous avons traversées n’ont pas dissuadé les jeunes de venir nous rejoindre, bien au contraire ! », explique le capitaine Yann Le Bars, commandant d’unité de la 5e compagnie.

Aujourd’hui les réservistes sont bien intégrés dans le dispositif régimentaire, mais les débuts furent plus chaotiques comme dans pratiquement toutes les unités de l’armée de Terre. Effectivement, à la fin de la conscription, en 1999, la priorité était la professionnalisation et le recrutement des EVAT. « A cette époque, nous étions une trentaine de réservistes inscrits, mais seulement une quinzaine de personnes participait régulièrement aux activités programmées », confirme le capitaine Le Bars. Il ajoute que les réservistes du « 17 » se prennent alors en main en s’inscrivant aux événements régimentaires, notamment aux épreuves sportives et aux exercices de tir. « Nous nous greffions même à certains camps régimentaires lorsque cela était possible. Je me souviens en particulier d’avoir participé, au niveau compagnie, au CEITO (Centre d’Entraînement de l’Infanterie au Tir Opérationnel) »

17rgp 2.jpg


 

  Néanmoins, il a fallu attendre 2004-2005 pour avoir une volonté de l’institution visant à monter en puissance la réserve opérationnelle avec le recrutement d’anciens soldats, d’anciens appelés et de civils sans passé militaire. Dans chaque régiment, une « cellule réserve » est créée. Elle est composée de réservistes et de militaires d’active qui sont chargés d’assurer les tâches administratives, comme le suivi des formations et de la programmation des activités annuelles. Les structures s’ouvrent et des parcours sont proposés aux réservistes présentant un profil de sous-officier ou d’officier. Actuellement, c’est le Bureau Major de Réserve qui prend la relève, mais « Les réservistes de la 5e Compagnie sont bien pris en compte dans le régiment et notre organisation est bien rodée. Notre effectif se compose de 5 officiers, 40 sous-officiers et 94 militaires du rang », déclare confiant notre commandant d’unité.

 

Parmi les axes permanents de l’entraînement des réservistes du 17e RGP, vous avez le tir ISTC. Il demande une pratique régulière car il y a beaucoup de gestes et de réflexes à répéter. « Le tir est une priorité de la compagnie », martèle son commandant d’unité. Quant au sport, il précise qu’il fait naturellement parti des premières préoccupations mais que chaque réserviste a le devoir de s’entraîner sérieusement à titre individuel et pas seulement lors des jours de convocation au régiment. Il est vrai que l’unité appartient aux troupes aéroportées et, qu’à ce titre, les réservistes doivent-être exemplaires et irréprochables sur le plan de la condition physique. En outre, s’ils veulent effectuer des sauts en parachute dans l’année, pas obligatoires mais fortement recommandés - « C’est une obligation morale ! », souligne le capitaine Le Bars - il faut être « affûté » pour les tests physiques TAP qui ont lieu au mois de novembre. « Si vous n’êtes pas sérieusement préparé, le risque d’échec est grand. S’entraîner quinze jours avant ne suffira pas ! », commente ce capitaine qui a maintenant à son compteur de para quelques campagnes de sauts... Enfin, l’encadrement ne fait évidemment pas l’impasse sur les MICAT (Missions Communes de l’Armée de Terre) et, à toutes les convocations, le combat est au menu et l’on « drill » sévère ! « Nous avons également des créneaux réservés aux instructions particulières comme les transmissions, le secourisme ou la topographie, sans oublier le TIOR très apprécié de nos jeunes réservistes pleins d’énergie ! ».

Mais l’objectif du capitaine Yann Le Bars est aussi d’augmenter les compétences de ses hommes sur les petits engins, tels que l’Homelite (tronçonneuse) ou le Pionjar. La spécialité génie du régiment n’est pas étrangère à cette orientation un peu particulière dans la formation d’un réserviste ! Il est vrai que la 5e Compagnie du 17e RGP doit-être en mesure de participer, éventuellement, à l’alerte Guépard dont la finalité consiste à envoyer très rapidement des militaires secourir la population civile, sur le territoire national, en cas d’événement grave. Le capitaine s’entraîne donc avec ses hommes pour être capable de fournir en 48h l’équivalent, sur le plan de l’effectif, d’un groupe Proterre. Les autres missions pour lesquelles s’entraînent les réservistes sont plus classiques : renforcement du 17e Régiment du Génie Parachutiste pour les gardes, pour Vigipirate ou encore pour Héphaïstos. « Dans le cadre d’Héphaïstos, le plan national de surveillance des feux de forêt dans le Sud-Est de la France, grosso modo de Perpignan à Draguignan, une quinzaine de réservistes sont partis effectuer des surveillances et du quadrillage de parcelles boisées. Les contrôles de zone et la prise de renseignement auprès de la population pour pouvoir donner l’alerte très vite aux pompiers en cas de début d’incendie ont duré trois semaines.  », indique le capitaine Le Bars qui poursuit en dévoilant que ses hommes, entre deux et huit personnels, vont renforcer les compagnies du « 17 » lors de leurs quatre missions Vigipirate qui ont lieu chaque année. « Ils se préparent en participant pendant une semaine à une MCP où l’on révise intensément les bases du TIOR, les notions juridiques spécifiques à la mission, les premiers gestes de secours et le tir ». Les missions confiées aux réservistes sont nombreuses. Une des explications est le petit volume du 17e RGP, 850 sapeurs, « C’est le plus petit régiment de génie de l’armée de Terre, alors nous essayons de seconder au mieux nos camarades d’active pour qu’ils puissent se concentrer sur leurs missions prioritaires et notamment les OPEX ».     

 

Un des problèmes auquel doit faire face le commandant d’unité de la 5e compagnie du 17e RGP est la stabilité géographique de ses réservistes, essentiellement au niveau de la tranche d’âge 18-24 ans. « En effet, ces jeunes viennent nous voir, signent un ESR mais si cela leur plaît ils s’engagent ensuite rapidement chez les parachutistes comme militaires d’active ». Autres sources de mouvement : ceux qui partent poursuivre leurs études ailleurs ou qui déménagent à cause du boulot ! « Le turn-over est important sur cette catégorie de réservistes qui compose tout de même 70% de mon effectif global. Je n’ai que deux adjudants et un adjudant-chef pour 120 Pax… ».

Quant à la fonction de commandant d’unité, il avoue qu’elle n’est pas toujours simple et qu’elle demande une grande motivation : « Je consacre au minimum 8 heures par semaine à mon unité. Il faut gérer les effectifs, surveiller la progression des réservistes, nous sommes souvent accaparés par des questions administratives. Ce poste demande un investissement important. Je m’emploie à inculquer le sens des responsabilités à nos jeunes réservistes ».

 

D’après lui quelles sont les motivations de ces jeunes réservistes ? « Le goût du sport, la recherche de l’esprit de camaraderie dans une société très individualiste, le prestige de notre unité et la volonté de servir qui existe encore dans notre jeunesse malgré tout ce que l’on entend ! », conclut joliment le capitaine Le Bars dont le ton traduit une pointe de fierté quand il parle de « ses petits gars » pour reprendre la célèbre formule d’un certain Marcel Bigeard…

 

                                                                                   Lieutenant (R) François GAIGNAULT  

 Réserviste chez les paras, en route vers le grand saut ?

Tous les réservistes de la 5e compagnie du 17e Régiment du Génie Parachutiste ont la possibilité de passer le brevet militaire de parachutiste. Pour cela, il faut remplir deux  conditions : passer une visite médicale et être déclaré apte à l’issue ; réussir les tests physiques TAP qui ont lieu une fois par an. Au 17ème RGP, ils se déroulent au mois de novembre. Ensuite, l’instruction se déroule à Pau, école des troupes aéroportées, pendant une douzaine de jours. On doit faire six sauts à ouverture automatique pour obtenir son brevet para. « Ce n’est pas obligatoire, mais pour l’esprit de corps nous encourageons nos jeunes réservistes à passer ce brevet. Actuellement, 65% des réservistes de notre compagnie sont brevetés », précise le capitaine Yann Le Bars, qui a lui-même passé son brevet à l’âge de 41 ans. Des sauts sont prévus pour les réservistes au sein du régiment.

17rgp 3 saut.jpg 

 

17rgp 4 combat.jpg

 Témoignage d’un jeune réserviste de 21 ans

 

« Je me suis engagé au sein de la 5e compagnie du 17e RGP en novembre 2011 en tant que soldat de seconde classe. Je viens chercher dans l’armée une occupation qui sort de l’ordinaire et réaliser un rêve. Néanmoins, la réalité comprend un certain nombre de contraintes comme les exigences physiques et surtout morales. En effet, le passage de la société civile au monde militaire nécessite des obligations hiérarchiques qui ne me sont pas familières en dehors des murs du « 17 ». Passé le cap de l’intégration des « us et coutumes » militaires, la réserve m’a permis d’apprécier l’esprit de cohésion qui se manifeste à chaque instant lors de nos périodes militaires. Lors des convocations je fais des rencontres inattendues, c’est-à-dire que je rencontre des gens que je n’aurais peut-être jamais croisés dans le civil et avec qui je n’aurais jamais eu l’occasion de discuter. De plus, j’acquiers de nouvelles connaissances et davantage d’expérience. Tout cela me donne envie d’être parachutiste, école de rigueur par excellence où l’on apprend à se dépasser. Je suis fier de mon activité de réserviste au sein du 17e RGP qui me permet de prolonger une lignée familiale dont de nombreux membres ont appartenu aux forces armées de notre pays », explique le sapeur Paul de Beaunay, réserviste à la 5e compagnie du 17e RGP depuis un an. 

 Le 17e régiment du génie parachutiste :

Département : Tarn-et-Garonne (82)

Création : Août 1946, 17e Bataillon du Génie Aéroporté.

Le 17e Régiment du Génie Parachutiste est l’héritier du 17e Régiment Colonial du Génie qui s’est illustré lors de la Seconde Guerre mondiale.

Campagnes : Seconde Guerre mondiale avec franchissement du Rhin à Germersheim, guerre d’Indochine, guerre d’Algérie, guerre du Golfe, guerre d’Afghanistan.

Décorations : Croix de guerre 1939-1945 avec étoile de vermeil et croix de la valeur militaire avec trois palmes. Fourragère aux couleurs du ruban de la croix de la valeur militaire.

Effectifs en 2012 : 850 hommes.

Nom du Chef de Corps en 2012 : Colonel Stéphan Vales.

Dernière mise à jour : ( 04-11-2012 )
 
< Précédent   Suivant >
Site optimisé pour le navigateur Firefox que vous pouvez  télécharger ici.
La meilleure mise en page est obtenue avec un écran de 1280 pixels de large.

Advertisement


Qui est en ligne

PARTENAIRES

Partenariat ADO -Terre Fraternité : développer l'entraide dans l'Armée de Terre

logo ado.jpg

logo terre fraternite.png

 

Centre de Transfusion Sanguine des Armées (CTSA) : 

carte interactive ctsa.jpg flashcode ctsa.jpg

 

Animer le débat sur la défense et la Sécurité :

    

 

Visitez aussi le site du
Service historique de la Défense :

logo shd_2.jpg

 

 

SERVICES

 Echanges de domicile entre militaires/anciens militaires

http://militaryhomeswap.net/wp-content/uploads/2013/11/logo_transp.png

 

 

Vous cherchez une reconversion, ou vous voulez vous entourer de compétences militaires, contactez le réseau social Implic'Action :

logo implicaction.jpg

 

 

 

FCD

Recherchez les activités sportives proposées
par la Fédération des Clubs de la Défense (FCD)

logo_lafederation fcd2014.jpg

 

Site réalisé par Casdyn | Mentions légales | Crédits | Plan du site
© 2007 Association nationale des réserves de l'armée de Terre