Association nationale des réserves de l'armée de Terre


10-12-2018
Plus d'information
Les associations membres
Echos des Unités
Actualités
Etre réserviste
Formation et entrainement
Employer des réservistes
Entreprises partenaires
Réserve citoyenne
Histoire et traditions
Vie pratique
Liens externes
Réserves alliées

48e-3.jpg

 
logo anrat facebook.png logo anrat linfed in.png
 logo anrat twiter.png
 
 
Le 13 octobre 2016, la Garde nationale a été officiellement créée : pour plus d’informations sur les réserves opérationnelles de premier niveau piliers de la Garde Nationale, rendez-vous sur le portail de la Garde nationale : www.garde-nationale.fr).

Pour vous engager en tant que réserviste opérationnel dans les Armées et formations rattachées, veuillez consulter les informations ci-dessous puis déposer votre candidature sur le site : www.reservistes.defense.gouv.fr

 

 Le 20 mars 2015, a été officiellement lancé SIREM (Site Interarmées des Réserves Militaires), il remplace l'ERT : plus d'infos

logo sirem.png
  >>> BdER : Bourse des emplois de la réserve


         
sengager.fr.jpg
 

L'ANRAT est adhérente de l'

          
 

    unor jeunes - facebook

L'ANRAT est membre du

          
 
  

 Visitez le site de la CIOR

          

 

 



© Herodote.net

Commandements divisionnaires de l'armée de Terre
Présentation du 24ème RI : régiment de réserve en IdF
Armée de Terre : dossier TIM juil-août 2016 
Le « Journal de la Défense, mission défense » sur LCP-AN
Terre Information Magazine (TIM) : "Journe nationale des blessés de l'AdT" n° 296 - août 2018
Armées d'aujourd'hui : des musées pour mieux comprendre la défense, n° 427 - août 2018
Trophée des Réserves : dernière édition
Bourse des emplois de la Réserve : voir les centaines d'emplois

La liste des UIR et des USR connues est en ligne. Merci de nous transmettre les mises à jour utiles. 
A toutes les unités : faites connaitre vos activitésPour cela,  écrivez et envoyez vos textes/photos.

Pour devenir réserviste opérationnel ou citoyen, contact CIRFA
 
Adieux à notre chef Version imprimable Suggérer par mail
ADRESSE DU GENERAL D’ARMEE BRUNO CUCHE
CHEF D’ETAT-MAJOR DE L’ARMEE DE TERRE
DEVANT L’ESORSEM
LE 16 JUIN 2008

Mes chers frères d’armes, chers amis,
Cher Président, cher Pierre,

Comme à pareille époque, l’an dernier, je suis très heureux d’être parmi vous ce soir pour clore votre cycle de formation.
Dans quelques semaines, je quitterai mes fonctions. Et c’est sans doute pour moi, la dernière occasion publique de vous redire toute mon estime, toute ma reconnaissance pour votre engagement dans l’armée de Terre. Vous le savez et je le répète devant vous ce soir, une réserve forte est la marque d’une armée professionnelle performante en opérations, certes par la compétence particulière qu’elle apporte mais bien plus parce qu’elle incarne un engagement fort de la Nation toute entière.
 Crédit photos : Denys Chappey

Mais il est un autre évènement qui donne un relief particulier à cette soirée : la présentation demain du nouveau Libre blanc par le Président de la République devant des représentants des communautés militaires et de la sécurité.
Vous êtes impatients, j’imagine, d’en connaître le contenu ; nous le sommes tous.
Ce soir je vais vous donner les grandes lignes de ce document, ainsi que celles relatives aux travaux de la RGPP, et leurs conséquences pour l’armée de Terre. J’évoquerai à la fin de mon propos quelques perspectives concernant plus particulièrement la Réserve.

La réforme que l’armée de Terre va mettre en œuvre dans les mois et les années à venir s’impose d’évidence. Ses objectifs, fixés par le Président de la République, ont le mérite de la clarté : il s’agit d’adapter l’outil de combat au nouvel environnement stratégique avec l’impérieuse nécessité de contenir la dépense publique.
Concrètement, les travaux du Livre blanc et de la RGPP nous conduirons à réduire le format de l’armée de Terre, en faisant effort sur le soutien et l’administration générale des forces. Mais il est convenu que les gains ainsi engendrés seront réinvestis au profit de la modernisation des forces, au titre de l’amélioration de la condition militaire et du renouvellement des équipements.
Pour cela, nous allons mutualiser en interarmées une partie du soutien, dissoudre des régiments et des états-majors, opérer des regroupements de formations dans des bases de défense et densifier l’appareil de formation.
Nous le ferons également en prenant en compte les conclusions du Livre blanc qui s’articule autour de quatre grandes parties : l’analyse du contexte, les ambitions européennes et internationales, les moyens de la stratégie de sécurité et la dynamique de la réforme.
De ce que j’en connais, ce document stratégique prend acte du changement de la menace, de l’improbabilité d’une guerre conventionnelle symétrique aux portes de la France à moyen terme et de l’émergence de nouveaux risques. La participation des forces armées à la sécurité du territoire et la nécessaire interopérabilité des acteurs de la Défense de la sécurité sont plus fortement affirmées que précédemment. L’ambition européenne majeure visant à consacrer l’UE comme un acteur global de sécurité est confirmée. Parallèlement, l’engagement de la France dans l’    OTAN, qui passe par un renforcement de la présence dans les structures permanentes, n’aura pas de limites sous certaines conditions : l’indépendance de la force nucléaire, la liberté d’appréciation et de décision pour tout engagement.
Au bilan, le Livre blanc donne la priorité aux capacités d’intervention aéroterrestres comme instrument privilégié de la stratégie militaire de la France et il reconnaît l’importance de l’armée de Terre dans la protection du territoire, ce qui était un de mes axes majeurs d’adaptation. Nous en trouverons la traduction concrète dans ce qui sera notre nouveau contrat opérationnel. L’armée de Terre devra en effet être capable de mettre sur pied en 6 mois une FOT 30 000 hommes, non renouvelable, pour une intervention extérieure de grande ampleur pendant 1 an (ce qui suppose d’avoir rapatrié nos forces déjà engagées sur des théâtres secondaires). 10 000 hommes devront pouvoir être engagés simultanément sur le territoire national ; ce qui est nouveau et qui marque la reconnaissance de notre rôle éminent au titre de la sécurité de nos concitoyens. Enfin, 5 000 autres seront en alerte permanente.
Nous conserverons également des capacités d’entrée en premier, de commandement du niveau corps d’armée et de mise sur pied d’une division de type OTAN.
Nos forces resteront ainsi articulées autour de huit brigades interarmes : deux brigades dites de décision, deux d’engagement d’urgence et quatre multi-rôles. Elles seront appuyées par trois brigades spécialisées (BRENS, BTAC et BFST) et soutenues par une brigade logistique renforcée.
Enfin, nous procéderons à des rééquilibrages capacitaires pour mieux répondre au besoin opérationnel. Le combat débarqué (VBCI et Félin), les moyens blindés-roues canon seront conservés à leur niveau actuel. L’artillerie et le génie seront en revanche resserrés ; certaines capacités seront réparties dans les régiments restants. La montée en puissance des capacités de renseignement s’accélèrera et, dès cet été, nous créerons les premières Unités de Renseignement de Brigade.

S’il fallait résumer la situation à l’heure où je vous parle, vous pourriez retenir que le rôle central des forces terrestres dans les opérations est reconnu, nous conférant la priorité pour la modernisation de nos équipements mais au prix d’une certaine réduction du format.
Cette reconnaissance est une forme de victoire intellectuelle qui était loin d’être acquise initialement. Nous la devons avant tout à un examen approfondi des retours d’expérience sur tous les théâtres, notamment par le CDEF, mais également grâce au très bon fonctionnement du comité directeur du RETEX. Nous le devons à certains d’entre vous, officiers de réserve, qui ont pu s’exprimer et diffuser ces évidences dans les milieux d’influence. Nous le devons enfin à nos principaux alliés américains et britanniques qui nous ont précédés sur ce chemin.
Cependant, nous devons rester vigilants pour les semaines et les mois à venir car le Livre blanc est avant tout une déclaration d’intention. Il nous faut donc maintenant utiliser au mieux les masses financières au titre de la prochaine LPM qui permettra notre modernisation.
Tout d’abord, il s’agira d’accompagner socialement la réforme, d’aider décemment celles et ceux d’entre nous qui seront concernés par une mobilité exceptionnelle ou un départ par anticipation.
Ensuite, nous devrons pouvoir acquérir plus rapidement et en plus grand nombre certains matériels dont l’urgence opérationnelle est avérée et qui sont indispensables à la protection de nos soldats. Ce processus dit d’acquisition réactive est déjà mis en œuvre. Nos forces projetées en Afghanistan disposent désormais de nouveaux gilets pare-balles, de protection additionnelle sur les véhicules et de brouilleurs contre les IED. Dans les semaines à venir, certains de nos VAB seront équipés de tourelleaux de 12.7 mm téléopérés.
Enfin, nous devrons poursuivre l’équipement de nos forces sur le long terme, garantie de la pérennité de nos capacités de combat dans tous les domaines.
Il s’agira ainsi de mener à leur terme et dans un calendrier raisonnable les programmes VBCI, NH90, Tigre, CAESAR et Félin. Car à l’exception du char Leclerc, nos matériels sont obsolètes et leur renouvellement ne peut plus être différé. La prochaine LPM sera également l’occasion de lancer le développement des successeurs des blindés roues-canon et du VAB, ainsi que le programme SCORPION qui consiste à mettre en réseau les unités de combat équipées des nouveaux matériels que je viens de citer.

Je voudrais terminer par quelques mots sur les opérations. Ils me permettront opportunément de remettre en perspective la réforme de notre organisation et de parler de l’avenir de la réserve.
Celui-ci n’est pas hypothéqué car la diminution de notre format ne signifiera pas la diminution de nos déploiements opérationnels. De plus, nous allons vers des engagements plus durs, comme ce sera le cas dès cet été en Afghanistan où nous renforçons significativement notre dispositif. En effet, nous déployons un bataillon supplémentaire de 700 hommes en Kapisa, nous renforçons de 300 hommes le bataillon Pamir à Kaboul, et nous projetons une septième OMLT en Uruzgan. Un général français prendra également en août le commandement de la région centre. Cet effort s’ajoute aux opérations en cours au Tchad et en RCA, en RCI, au Kosovo et au Liban, ainsi que sur le territoire national. Vous comprenez dès lors que nous aurons toujours plus besoin de vous. Dans cet esprit, j’ai demandé au général Lecerf, commandant le CFAT, d’étudier le déploiement du volume d’une unité élémentaire de réserve en opérations d’ici la fin de l’année. De la même manière, je salue la démarche conjointe ESORSEM, DRAT, DPMAT, CFAT d’organiser cet été un forum de l’emploi dont l’objectif est d’honorer notre besoin d’officiers dans les états-majors en opérations, tout en répondant à vos attentes.
Je crois que cette initiative va dans le bon sens.
Elle me conforte dans l’idée que le projet de rapprocher la DRAT et l’ESORSEM, tout en s’appuyant sur les compétences avérées de la DPMAT en termes de gestion du personnel, est pertinent. Ce chantier doit avancer sans attendre la réalisation accomplie de la réforme de nos états-majors. Je sais que la gestion de la réserve reste complexe. Je voudrais, à cette occasion, saluer l’action du général Boulnois qui a tout mis en œuvre pour la « fluidifier », la simplifier, la rendre plus efficace. Nous franchissons un pas supplémentaire en confiant cette gestion à la DPMAT. Vous le savez, pour moi, la réserve n’est pas un corps étranger que l’on greffe, ce n’est pas un appoint, c’est un membre vivant, influant, actif de l’armée de Terre. A ce titre, j’ai souhaité lui administrer le même traitement qu’au reste de l’armée de Terre. Il en va de l’intérêt des officiers de réserve. Il en va de celui de l’armée de Terre dont la finalité est l’engagement opérationnel et nulle autre chose.

Je vous remercie et je suis prêt à répondre à vos questions.

 

Dernière mise à jour : ( 22-06-2008 )
 
< Précédent   Suivant >
Site optimisé pour le navigateur Firefox que vous pouvez  télécharger ici.
La meilleure mise en page est obtenue avec un écran de 1280 pixels de large.

Advertisement


Qui est en ligne

PARTENAIRES

Partenariat ADO -Terre Fraternité : développer l'entraide dans l'Armée de Terre

logo ado.jpg

logo terre fraternite.png

 

Centre de Transfusion Sanguine des Armées (CTSA) : 

carte interactive ctsa.jpg flashcode ctsa.jpg

 

Animer le débat sur la défense et la Sécurité :

    

 

Visitez aussi le site du
Service historique de la Défense :

logo shd_2.jpg

 

 

SERVICES

 Echanges de domicile entre militaires/anciens militaires

http://militaryhomeswap.net/wp-content/uploads/2013/11/logo_transp.png

 

 

Vous cherchez une reconversion, ou vous voulez vous entourer de compétences militaires, contactez le réseau social Implic'Action :

logo implicaction.jpg

 

 

 

FCD

Recherchez les activités sportives proposées
par la Fédération des Clubs de la Défense (FCD)

logo_lafederation fcd2014.jpg

 

Site réalisé par Casdyn | Mentions légales | Crédits | Plan du site
© 2007 Association nationale des réserves de l'armée de Terre