Association nationale des réserves de l'armée de Terre


Accueil arrow Actualités arrow Corps de Réserve sanitaire
26-09-2018
Plus d'information
Les associations membres
Echos des Unités
Actualités
Etre réserviste
Formation et entrainement
Employer des réservistes
Entreprises partenaires
Réserve citoyenne
Histoire et traditions
Vie pratique
Liens externes
Réserves alliées

35 avril 2006 024.jpg

 
logo anrat facebook.png logo anrat linfed in.png
 logo anrat twiter.png
 
 
Le 13 octobre 2016, la Garde nationale a été officiellement créée : pour plus d’informations sur les réserves opérationnelles de premier niveau piliers de la Garde Nationale, rendez-vous sur le portail de la Garde nationale : www.garde-nationale.fr).

Pour vous engager en tant que réserviste opérationnel dans les Armées et formations rattachées, veuillez consulter les informations ci-dessous puis déposer votre candidature sur le site : www.reservistes.defense.gouv.fr

 

 Le 20 mars 2015, a été officiellement lancé SIREM (Site Interarmées des Réserves Militaires), il remplace l'ERT : plus d'infos

logo sirem.png
  >>> BdER : Bourse des emplois de la réserve


         
sengager.fr.jpg
 

L'ANRAT est adhérente de l'

          
 

    unor jeunes - facebook

L'ANRAT est membre du

          
 
  

 Visitez le site de la CIOR

          

 

 



© Herodote.net

Commandements divisionnaires de l'armée de Terre
Présentation du 24ème RI : régiment de réserve en IdF
Armée de Terre : dossier TIM juil-août 2016 
Le « Journal de la Défense, mission défense » sur LCP-AN
Terre Information Magazine (TIM) : "Journe nationale des blessés de l'AdT" n° 296 - août 2018
Armées d'aujourd'hui : des musées pour mieux comprendre la défense, n° 427 - août 2018
Trophée des Réserves : dernière édition
Bourse des emplois de la Réserve : voir les centaines d'emplois

La liste des UIR et des USR connues est en ligne. Merci de nous transmettre les mises à jour utiles. 
A toutes les unités : faites connaitre vos activitésPour cela,  écrivez et envoyez vos textes/photos.

Pour devenir réserviste opérationnel ou citoyen, contact CIRFA
 
Corps de Réserve sanitaire Version imprimable Suggérer par mail
 Image
 UN CORPS DE RÉSERVE SANITAIRE EST ENFIN CREE
Ce fut l’un des effets de la professionnalisation des Armées, annoncée par le président Chirac en février et votée par le parlement en août 1996 : le Service de Santé des Armées fut privé du plus clair de ses réserves au sein du corps médical et, pour l’avenir, du recrutement issu du Service national, étudiants en médecine notamment. C’était un coup sévère pour un service qui avait porté héroïquement à bout de bras, plus d’un siècle durant, la lutte contre les grandes endémies dans une grande partie du monde. Pour le pays, c’était le risque d’un véritable déclassement, concomitant avec celui qui découlait, pour la profession médicale, des limitations du numerus clausus et de la fermeture d’écoles d’infirmières. L’étroitesse de ses budgets empêchait le ministère de la Défense de réagir. Variable d’ajustement budgétaire, ses crédits étaient amputés par les engagements internationaux et opérations extérieures, ou bien n’étaient pas reportés sur l’exercice suivant. L’impasse inquiétait, tant parce qu’un système de santé adapté au risque nucléaire fait partie de la dissuasion que sous le rapport de la menace terroriste, du risque de pandémie, des maux émergents et du réchauffement climatique.
DES CAPACITÉS RÉDUITES
Nos capacités se détérioraient face à la menace terroriste. La région de Paris avait disposé de deux services de grands brûlés. Elle n’en comptait plus qu’un celui dc l’hôpital militaire Percy â Clamart. Privé, l’hôpital Foch à Suresnes avait dû fermer le sien faute de rentabilité. Et la reprise du personnel spécialisé de Foch par le Service de santé des Armées se heurta, au niveau des infirmières, au statut né de la professionnalisation. Un choc thermique, comme celui d’une frappe nucléaire sur la capitale, eût ainsi laissé Paris et sa banlieue avec quelques dizaines de lits pour des dizaines de milliers de grands brûlés.
Nos capacités se réduisaient aussi dans un domaine où nos médecins disposaient d’un savoir faire certain : l’accueil et le traitement des irradiés. Ils avaient seuls pu traiter les irradiés de l’accident yougoslave et, dans les années 1990, les contrebandiers qui avaient acheminé sans protection, vers l’iran notamment, des matières fissiles d’origine soviétique.
 
DEVOIRS D’ASSISTANCE ET D’INGÉRENCE
Les menaces sanitaires de grande ampleur sont cependant de tous ordres : épidémies, famines (le plus souvent d’origine conflictuelle) et catastrophes naturelles répandaient ainsi, au niveau politique, l’idée d’un devoir d’assistance, voire d’ingérence humanitaire, distinct des affaires de Défense. La commission des affaires culturelles, familiales et sociales de l’Assemblée nationale étudia donc les moyens à mettre en oeuvre pour donner à la France et à sa diplomatie un outil à la mesure des besoins éventuels. Elle produisait un rapport en ce sens le 13 Février 2007. C’est sur la base de ce rapport, n° 3688, qu’au terme du second mandat du président Chirac fut votée une loi n° 2007-294 du 5 Mars 2007, « relative à la préparation du système de santé â des menaces sanitaires de grande ampleur ». Le souvenir d’une canicule meurtrière hantait le ministère de la Santé. Et sa réunion avec celui de la Jeunesse et des Sports créa un contexte favorable à des mesures pratiques. Aussi est-ce au ministère de la Santé, de la Jeunesse et des Sports que fit appel, le premier ministre. Il en résultat un décret d’application complétant le Code de la Santé publique par un titre III intitulé « Menaces sanitaires graves ».
 
RÉSERVE D’INTERVENTION et RÉSERVE DE RENFORT

Ce décret d’application, daté du 27 Août 2007, mettait fin à une carence de onze années en instituant un CORPS DE RÉSERVE SANITAIRE à deux étages :
- une RÉSERVE D’INTERVENTION, mobilisée en priorité en cas de crise sanitaire, opérationnelle au niveau national comme international et soumise à de strictes règles de formation et de perfectionnement,
- une RÉSERVE DE RENFORT moins contraignante, mobilisée dans un second temps si nécessaire et engagée uniquement sur le territoire national
Sont admis à ces deux niveaux les volontaires parmi 1/ les professionnels de santé en activité ou ayant cessé d’exercer depuis moins de trois ans, 2/1es internes en médecine, odontologie et pharmacie, 3/ les personnes répondant à des conditions d’activité, d’expérience et de formation fixées par arrêté des ministres chargés de la santé et de la sécurité civile. Sont admis dans la réserve de renfort les étudiants poursuivant des études médicales, odontologiques, pharmaceutiques ou des études de sages-femmes ou d’auxiliaires médicaux.
Les volontaires adressent leur candidature au préfet de leur département qui la transmet à
L’ ÉTABLISSEMENT DE PRÉPARATION ET DE RÉPONSE AUX URGENCES SANITAIRES (EPRUS), avec lequel sera conclu un contrat d’engagement de TROIS ANS renouvelable, résiliable sur préavis d’un mois par lettre recommandée avec accusé de réception Ce contrat n’exclut pas un engagement prioritaire dans la RÉSERVE OPÉRATIONNELLE, ou un engagement dans la RÉSERVE CITOYENNE des Armées.
LES RÉMUNERATIONS seront calculées sur la base de la moyenne de la profession et, pour les étudiants, du premier échelon de la profession dans un établissement public de santé. Les retraités seront indemnisés sur la base d’un montant forfaitaire ne pouvant excéder 30% de la rémunération moyenne de la profession. Les réservistes fonctionnaires bénéficieront d’un régime de mise en congé avec maintien du traitement.
Ce CORPS DE RÉSERVE SANITAIRE n’est pas militaire. C’est LE MINISTRE DE LA SANTÉ qui fait appel à ses membres. Ce par un arrêté motivé, précisant la zone de défense ou le département et le nombre de réservistes concernés. Sur proposition du préfet de la zone de Défense ou du département, le directeur général de l’établissement public gestionnaire de la réserve les affectera à un établissement de santé public ou privé, à un cabinet libéral ou dans un service de l’État dont, éventuellement, le Service de Santé des Armées. Juste retour des choses ? Dans tous les cas, le réserviste aura servi la France et fait son devoir de Français. A un titre ou un autre mais à sa place, il aura fait face à la menace du moment et, au lieu de la subir impuissant, porté secours à ses éventuelles victimes, en France ou à l’étranger.

Article extrait du Bulletin de liaison n°76 (juin 2008) du Cercle d'Etude et de Réflexion sur la Défense (CERD), et  établi par les membres de la commission n°3 qui examine "les faits d'actualité susceptibles d'avoir des conséquences sur l'avenir".
Bureau CERD : Général (CR) Charles Mainguy Président du CERD 7, rue Guersant 75017 PARIS ; cotisation 2008 = 35€

Dernière mise à jour : ( 12-05-2009 )
 
< Précédent   Suivant >
Site optimisé pour le navigateur Firefox que vous pouvez  télécharger ici.
La meilleure mise en page est obtenue avec un écran de 1280 pixels de large.

Advertisement


Qui est en ligne

PARTENAIRES

Partenariat ADO -Terre Fraternité : développer l'entraide dans l'Armée de Terre

logo ado.jpg

logo terre fraternite.png

 

Centre de Transfusion Sanguine des Armées (CTSA) : 

carte interactive ctsa.jpg flashcode ctsa.jpg

 

Animer le débat sur la défense et la Sécurité :

    

 

Visitez aussi le site du
Service historique de la Défense :

logo shd_2.jpg

 

 

SERVICES

 Echanges de domicile entre militaires/anciens militaires

http://militaryhomeswap.net/wp-content/uploads/2013/11/logo_transp.png

 

 

Vous cherchez une reconversion, ou vous voulez vous entourer de compétences militaires, contactez le réseau social Implic'Action :

logo implicaction.jpg

 

 

 

FCD

Recherchez les activités sportives proposées
par la Fédération des Clubs de la Défense (FCD)

logo_lafederation fcd2014.jpg

 

Site réalisé par Casdyn | Mentions légales | Crédits | Plan du site
© 2007 Association nationale des réserves de l'armée de Terre